Wolof

Le wolof est parlé non seulement au Sénégal, mais aussi en Gambie et en Mauritanie. C’est l’une des 1500 langues de la plus grande famille de langues au monde appelée Niger-Congo. On rattache le wolof aux langues dites atlantiques, une branche du Niger-Congo qui réunit une bonne quarantaine de langues de l’Afrique de l’Ouest.

Dans la branche atlantique, il y a des langues très connues, comme le peul, le sereer, le diola, le temne, le kisi, mais il y en a d’autres qui sont en danger comme le safen et le lehar (Sénégal), le tanda et le buy (Guinée-Bissau), le mmani et le krim (Guinée) et un groupe de langues dites baga. Aujourd’hui, on ne connaît la langue pen (Sénégal) que grâce aux trois locuteurs qui restent.

Pendant longtemps, on a pensé que les langues les plus proches du wolof étaient le peul et le sereer. Aujourd’hui, des linguistes ont accumulé assez d’arguments pour voir dans le wolof un rameau particulier de la branche atlantique.

A l’Inalco, notre objectif est certes de former des locuteurs de wolof, mais ils sont déjà si nombreux à le parler parfaitement qu’il s’agit aussi et surtout (et c’est plus ambitieux), pour ceux ou celles qui n’ont pas de diplôme universitaire et qui désirent en obtenir un, de leur apprendre la grammaire du wolof, leur faire prendre conscience des différents niveaux de langue, de leur apprendre l’histoire de la langue ainsi que du peuple qui la parle ; il s’agit aussi de leur faire découvrir la culture traditionnelle ainsi que les nombreux ouvrages écrits sur le wolof et sur les wolof.