Tchèque

Le château de Prague vue de la tour de Saint Nicolas (1890)
Le tchèque appartient à l’ensemble des langues slaves de l’Ouest. Il compte depuis 2004 parmi les langues officielles de l’Union européenne.

Fixée par écrit dès le XIe siècle, la langue tchèque s’est illustrée au fil des siècles par une littérature abondante dans tous les domaines de la culture et de l’esprit. Elle est enseignée aux Langues O’ depuis 1916.

De nos jours, le tchèque est parlé par quelque 12 millions de locuteurs : non seulement les habitants des territoires historiques de Bohême, Moravie et Silésie tchèque (environ 10,5 millions), mais aussi les locuteurs issus des différentes vagues d’émigration économique et politique, principalement installés aux États-Unis, au Canada, en Amérique latine, en Allemagne. Sans oublier la Slovaquie, qui a constitué avec les Pays tchèques un État commun, la Tchécoslovaquie, créée en 1918 et disparue à la fin 1992. La grande proximité linguistique du tchèque et du slovaque permet une intercompréhension presque complète entre ces deux langues.

Département : Europe

L'équipe pédagogique des études tchèques à l'Inalco :
Catherine Servant, professeur des universités, responsable des études tchèques
Étienne Boisserie, maître de conférences habilité à diriger des recherches
Ivan Šmilauer, maître de conférences
Ilona Sinzelle-Poňavičová, lectrice
Thibault Deleixhe, doctorant chargé de cours
Zuzana Loubet del Bayle, chargée de cours
Magdalena Vigent, chargée de cours

Cursus et emploi du temps:

Consultez la rubrique Formations du département Europe

Description linguistique

 Le tchèque appartient au groupe des langues slaves de l’Ouest, à l’instar du polonais et du slovaque, ainsi que du haut- et du bas-sorabe et du kachoube. Issu de la famille des langues indo-européennes, le tchèque utilise l’alphabet latin enrichi par des signes diacritiques. À la différence du français, le système orthographique reflète assez fidèlement la prononciation. La simplicité relative du système vocalique, principalement caractérisé par l’opposition phonologique des longueurs des voyelles, est compensée par la richesse du système consonantique, comprenant plusieurs consonnes étrangères à la langue française.
     Du point de vue typologique, le tchèque est une langue flexionnelle avec une morphologie nominale complexe : sept cas, quatre genres, de nombreux types de déclinaison. L’ordre des mots, relativement libre à dominante SVO, est régi par la structure informationnelle de l’énoncé. Le système verbal, plus simple qu’en français en ce qui concerne l’expression des temps, est principalement structuré par la catégorie lexico-grammaticale de l’aspect, avec l’opposition des verbes perfectifs et imperfectifs. Le tchèque possède un système lexical riche reflétant son évolution historique et ses multiples fonctions dans la société moderne.
     Le tchèque standard [spisovná čeština] s’emploie à l’écrit et est recommandé à l’oral dans des situations formelles (enseignement, discours publics, média…). Or, il existe également un registre propre à la langue parlée, le tchèque commun [obecná čeština] : issu des dialectes de Prague et de Bohême centrale, ce registre utilisé dans la majeure partie du pays est associé à des situations informelles (en famille, entre amis…) et présente de nombreuses différences, sur tous les plans linguistiques, avec le registre standard. En outre, certains dialectes territoriaux traditionnels restent usités, notamment en Moravie, région orientale de la République tchèque.
     L’étude de la langue tchèque en tant qu’objet de réflexion linguistique se caractérise par une longue tradition. Elle bénéficie notamment de l’héritage du Cercle linguistique de Prague, école de l’entre-deux-guerres dont les linguistes, poéticiens, sémioticiens, aux origines du structuralisme moderne, ont profondément marqué les sciences du langage et l’analyse littéraire au XXe siècle. C’est dans ce sillage que l’on peut considérer aujourd’hui la richesse des travaux en linguistique théorique ou appliquée et le nombre et la qualité des ressources disponibles, dont le Corpus national tchèque ou le Corpus arboré de Prague.

Les origines de la formation à l’Inalco

 Les origines de la chaire de tchèque des Langues O’, intimement liées à la création de l’État tchécoslovaque, remontent à 1916-1917. Cette année-là, les premiers cours de grammaire et d’histoire tchèques sont dispensés à l’École nationale des langues orientales vivantes. Parmi les tout premiers enseignants, un jeune universitaire venu de Prague se distingue, en charge des cours de civilisation des Pays tchèques et de la Slovaquie : Edvard Beneš (1884-1948), ultérieurement ministre des Affaires étrangères (dès 1918), Premier ministre et Président de la République tchécoslovaque.
     Le décret du 2 novembre 1920, cosigné par le Président de la République française Alexandre Millerand, instaure bientôt une « chaire magistrale de tchèque » et un « emploi de répétiteur pour la langue tchèque ». Fruit d’une volonté bilatérale franco-tchécoslovaque, l’enseignement du tchèque aux Langues O’ est né.
     À compter de cette création, les enseignants de langue, littérature et civilisation tchèques qui se sont succédés – dont les professeurs Fuscien Dominois (en poste de 1922 à 1938), André Mazon (1939-1940), Marc Vey (1944-1965), Yves Millet (1965-1985), Patrice Pognan (1988-2014) – ont œuvré sans discontinuer au développement des études tchèques en France et au renforcement des liens culturels franco-tchèques et franco-tchécoslovaques.

Étudier le tchèque à l’Inalco

    L’Inalco est aujourd’hui le seul établissement universitaire français à proposer une formation diplômante complète en langue, littérature et civilisation tchèques – du niveau débutant au doctorat. Ouvert à un large public composé aussi bien d’étudiants français que d’étudiants étrangers, le cursus de tchèque ne requiert pas de compétence linguistique préalable.
     Les enseignements proposés, variés et complémentaires, permettent aux étudiants d’acquérir une formation cohérente et de haut niveau non seulement en langue, mais aussi en littérature et traduction littéraire, histoire et géographie, histoire des arts et de la culture.

     L’enseignement de la langue tchèque proposé à l’Inalco est principalement assuré par Ivan Šmilauer, maître de conférences spécialiste de grammaire théorique et appliquée, Ilona Sinzelle-Poňavičová, lectrice de langue maternelle tchèque, et Magdalena Vigent, chargée de cours. L’apprentissage a lieu par petits groupes, permettant un suivi pédagogique individualisé. Dans le cadre de la licence, les étudiants acquièrent pro­gressivement les compétences communicatives pratiques accompagnées d’une connaissance approfondie du système linguistique tchèque. Ils s’initient également à la traduction tchèque-français et français-tchèque. Outre les manuels et supports spécialisés, numériques et autres, utilisés pour les exercices pratiques, la compréhension et l’expression orale et écrite, il est fait appel à des sources diversifiées qui vont des textes littéraires et textes de presse aux films contemporains et permettent de se familiariser tant avec la langue soutenue qu’avec le tchèque courant. L’enseignement présentiel de langue est complété par des exercices proposés sur la plateforme Cetlef, créée et animée par Ivan Šmilauer, et par des supports de cours mis en ligne sur la plateforme Moodle (Inalco). Enfin, grâce à l’environnement moderne offert depuis 2011 par les nouveaux locaux de l’Inalco, les séances d’orthoépie se déroulent dans des laboratoires de langues performants.

     Les enseignements de littérature et civilisation tchèques proposent aux étudiants une approche diversifiée de la culture et de la société tchèques du passé et du temps présent. Les cours de littérature tchèque – histoire et analyse – délivrés par Catherine Servant, portant sur des œuvres et auteurs des XIXe et XXe siècles, se déroulent sous forme de lectures, traductions et commentaires, étayés par une inscription dans l’histoire littéraire et des éléments de critique et d’esthétique. En 3e année, un cours de traduction littéraire du tchèque vers le français, portant sur une œuvre du XIXe ou XXe siècle, se déroule sous forme d’atelier autour d’un projet de traduction mené en commun. La formation en histoire tchèque et tchécoslovaque dispensée au long du cursus de licence par Étienne Boisserie se décline en trois grandes séquences : des origines au XIXe siècle, du XIXe siècle à 1918, histoire de la Tchécoslovaquie. Elle comporte également un cours d’histoire des relations tchéco-slovaques, histoire et culture, et peut être complétée par des enseignements d’histoire de l’Europe centrale. En outre, dès la 1re année de licence, les étudiants bénéficient avec Zuzana Loubet del Bayle d’une introduction à la géographie physique, démographique, économique des pays tchèques et de la Slovaquie, ainsi qu’à la géopolitique de la République tchèque. Enfin, les cours d’histoire de la culture et des arts tchèques assurés par Thibault Deleixhe sondent la richesse et la diversité des créations artistiques tchèques

Pour compléter et enrichir les études de tchèque

Pendant l’année universitaire, les étudiants sont incités à participer à des rencontres avec des écrivains et artistes tchèques, ainsi qu'à des journées d’étude consacrées à la littérature tchèque, régulièrement organi­sées par Catherine Servant, en collaboration avec le Centre tchèque de Paris et le Centre de recherches Europe-Eurasie de l’Inalco. Des projections cinématographiques peuvent aussi être proposées dans le cadre de la programmation de l’Inalco. Lors de la « Journée portes ouvertes » annuelle de l’Inalco, les Études tchèques se présentent à la faveur de conférences, lectures et expositions (avec le soutien de l’Ambassade de la République tchèque). La présence des étudiants de licence lors de ces manifestations est fortement souhaitée. Enfin, les soirées tchèques organisées traditionnellement par les enseignants et les étudiants favorisent la mise en place d’un environnement de travail chaleureux et motivant et permettent de retrouver d’anciens étudiants et amis des Études tchèques de l’Inalco.


                                                  -------------------------------------------

MOOC (Massive Open Online Course) de langue tchèque     

Membres d’une équipe lauréate d’un appel à projet de l'Université Sorbonne Paris Cité, les enseignants de tchèque participent, depuis 2014, à l’élaboration d’un MOOC (Massive Open Online Course) de langue tchèque pour débutants.
S’inscrivant dans la stratégie numérique de l’établissement, le projet « Kit de contact en langues » réunit huit langues enseignées à  l’Inalco : arabe, birman, chinois, hébreu, mazatec, persan, tchèque et turc. Ces MOOCs – cours ouverts à tous et gratuits – sont publiés sur la plate-forme France Université Numérique.
––> Voir : http://www.inalco.fr/actualite/kit-contact-langue-tcheque
-----------------------------------
S'inscrire au MOOC kit de contact en langue tchèque
     Fin des inscriptions : 19 mars 2017
     Début du cours : 20 fév. 2017
     Fin du cours : 09 avril 2017
     Effort estimé : 5 h / semaine
     Langue : Français

Autres possibilités offertes aux étudiants de l’Inalco

Mobilités erasmus

Dès la 2e année de licence, des mobilités erasmus sont possibles dans le cadre des conventions bilatérales avec les universités de Prague et Brno. Ce programme permet aux étudiants d’effectuer une partie de leur cursus dans une université européenne, partenaire de l’Inalco, en bénéficiant d’une aide financière de la Commission européenne. Les cours suivis dans l’université d’accueil sont reconnus et validés à l’issue du séjour (en accord avec l’enseignant référent) au titre du diplôme pour lequel l’étudiant est inscrit à l’Inalco. La durée de la mobilité peut varier entre 3 mois et une année universitaire. Les étudiants intéressés doivent se tourner vers la Direction des relations internationales de l’Inalco. Il est également à noter que, dans le cadre de ces échanges, des étudiants tchèques sont régulièrement accueillis à l’Inalco.


Bourses d’étude du gouvernement de la République tchèque

  1. Les universités d’été : les étudiants de l’Inalco peuvent bénéficier d’une bourse d’étude afin d’étudier dans l’une des universités d’été – ou « écoles d’été » – tenues chaque année à Prague, Brno, Olomouc, Plzeň et Poděbrady. Une commission composée d’universitaires français et tchèques et de représentants de l’Ambassade tchèque sélectionne les candidats. Ces séjours d’étude d’une durée moyenne d’un mois, permettant une véritable immersion culturelle et linguistique, sont soutenus par une bourse du gouvernement tchèque couvrant l’hébergement et la restauration. Les étudiants de l’Inalco en bénéficient très régulièrement.
  2. Les séjours de longue durée : les étudiants diplômés de tchèque et d’autres disciplines peuvent également postuler à une bourse pour séjourner dans un établissement public d’enseignement supérieur tchèque dans le cadre de la préparation d’un master ou d’un doctorat dans toutes disciplines. Ces séjours peuvent varier de 2 à 10 mois et ne sont renouvelables qu’à titre exceptionnel. 


Prix Václav Černý

Du nom de l’universitaire, essayiste engagé et francophile tchèque Václav Černý (1905-1987), ce concours a été créé en 1995 sous l’égide des ministères tchèques des Affaires étrangères et de l’Éducation nationale et de l’Ambassade tchèque en France afin de soutenir et de promouvoir l’enseignement supérieur du tchèque en France. Il s’adresse aux étudiants intéressés par la langue et la civilisation tchèques et inscrits dans un établissement de l’enseignement supérieur français. Il comporte plusieurs catégories, variables selon les années – travaux de sciences humaines et sociales au niveau du master ou du doctorat, traduction littéraire. Les dossiers sont évalués par un jury d’universitaires.
 

Examen certifié de la langue tchèque / Certifikovaná zkouška z češtiny pro cizince (CCE)

Cette épreuve s’adresse à toute personne de plus de 16 ans désireuse d’obtenir un certificat attestant ses compétences en tchèque. Le CCE comporte 5 niveaux de difficulté sur l’échelle de compétences du Cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL) : les niveaux A1, A2, B1, B2 et C1. Les candidats atteignant un niveau B2 peuvent s’inscrire dans un établissement supérieur tchèque. Les résultats obtenus à cet examen par les étudiants de l’Inalco confirment leur très bon niveau : à l’issue de leurs études, ils atteignent au moins le niveau B2. Cet examen, organisé à Paris en fonction des inscriptions, est coordonné par l’ambassade tchèque en France –> http://www.mzv.cz/paris.

čeština

Région du monde

La République tchèque en Europe
Nombre de locuteurs : 12 millions