Peng Daxingwang, lauréat du Prix Jeune chercheur 2021 de la Fondation des Treilles

Peng accompagné de ses informateurs en Chine
Peng Daxingwang (à gauche) et ses informateurs (Chine) 

Peng Daxingwang, doctorant au Centre de recherches linguistiques sur l'Asie orientale - CRLAO (Inalco-CNRS-EHESS), a reçu le Prix Jeune Chercheur 2021 de la Fondation des Treilles destiné à permettre l’achèvement de sa thèse intitulée  Étude sur le dialecte de Cenchuan à Pingjiang (sinitique) dirigée par Dan XU-SONG (Inalco).


Biographie 
Peng Daxingwang, actuellement doctorant en linguistique au CRLAO (Inalco-CNRS-EHESS), sous la direction de Mme. Dan XU-SONG, travaille sur le dialecte de Cenchuan, une langue sinitique parlée dans le nord-est du Hunan en Chine. Il effectue régulièrement des séjours de terrain pour faire des enquêtes, collecter des enregistrements d'histoires traditionnelles et de conversations quotidiennes. Ses recherches portant sur la phonologie et la grammaire de la langue mettent aussi l’accent sur la relation entre le dialecte de Cenchuan et les autres langues sinitiques dans la même région. Pour faire valoir ses recherches, il a non seulement publié des articles sur le système phonologique et la grammaire de ce dialecte, mais aussi participé à de nombreux colloques internationaux consacrés aux langues sinitiques. Il a été récemment désigné lauréat du Prix Jeune Chercheur par la Fondation des Treilles pour l’année 2021.  
 

Étude sur le dialecte de Cenchuan à Pingjiang (sinitique)

sous la direction de Prof. Dan XU-SONG 

Résumé
Cette étude s’intéresse à un dialecte sinitique parlé dans le nord-est de la province de Hunan en Chine : le dialecte de Cenchuan. Se trouvant entre deux zones distinctes des dialectes sinitiques (le dialecte xiang et le dialecte gan), le dialecte de Cenchuan dispose de nombreux traits linguistiques “mélangés” rendant le travail du classement difficile.  Notre démarche consiste d’abord à extraire le système phonologique, à enregistrer les lexiques basiques et à décrire la grammaire du dialecte de Cenchuan ; sur cette base descriptive, nous tentons ensuite de déterminer le statut du dialecte de Cenchuan en le comparant avec les dialectes xiang et les dialectes gan dans cette région en fonction de leurs caractéristiques phonologiques, morphologiques et syntaxiques.  Comme pour d’autres dialectes sinitiques situés aux frontières de groupes de dialectes différents, la détermination de l’appartenance du dialecte de Cenchuan divise les chercheurs. Le manque de données sur cette langue ne permet pas de trancher véritablement en faveur d’une hypothèse. Notre travail sera ainsi le premier qui fournit une description détaillée sur cette langue. La méthode traditionnelle pour regrouper des dialectes sinitiques a le défaut de n’utiliser que des critères phonologiques, car les dialectes se trouvant sur la frontière de deux groupes dialectaux possèdent souvent des traits phonologiques « mixtes » dus aux contacts des dialectes. Si les critères phonologiques seuls ne sont pas satisfaisants pour déterminer l’appartenance du dialecte de Cenchuan, nous proposons dans notre travail de les compléter avec des critères morphologiques et syntaxiques. Bien que les caractéristiques morphologiques et syntaxiques, comme celles de la phonologie, soient également affectées par les contacts des langues, elles sont relativement moins susceptibles d’être influencées. Ces nouveaux critères ont l’avantage d’enrichir l’analyse comparée en lui donnant plus de facteurs linguistiques (phonologique, morphologique et syntaxique) pour rendre plus claires les proximités entre le dialecte de Cenchuan et les dialectes xiang et gan.

La Fondation des Treilles décerne une vingtaine de prix Jeune chercheur par an. Ces aides à la recherche sont attribuées à des chercheurs français ou étrangers en fin de thèse ou à des post-doctorants menant leur recherche en France.

Mots-clés :