« Non contrarii, ma diversi » : la question de la minorité dans le regard des chrétiens et des Juifs en Italie (début XVe-milieu XVIIIe siècle)

« Non contrarii, ma diversi » : la question de la minorité dans le regard des chrétiens et des Juifs en Italie (début XVe-milieu XVIIIe siècle)

« Non contrarii, ma diversi » : la question de la minorité dans le regard des chrétiens et des Juifs en Italie (début XVe-milieu XVIIIe siècle)


Journées d’étude organisées à Paris les 21-23 novembre 2016

Journées de travail consacrées au thème de la minorité (juive) en Italie, et plus précisément au regard porté sur la question de la minorité ; à la façon dont, tant côté chrétien que côté juif, la présence juive est pensée (ou non) en tant que présence d’une minorité. Non pas le « regard » des Juifs sur les chrétiens et celui des chrétiens sur les Juifs, ce qui serait un thème immense et fort vague ; mais bien comment, dans un lexique et selon des catégories qui restent à préciser, l’on pensait la présence d’une minorité (soit un groupe plus petit, différent et conscient de former un groupe) dans une société volontiers dépeinte comme un corps homogène et comme tout entière chrétienne. Une précision s’impose ici : de même que l’on n’est aucunement tenu de croire que cette société « chrétienne » constituait effectivement un corps homogène, on peut et l’on doit remettre en cause le préjugé consistant à concevoir comme culturellement et socialement homogène la population juive. Cette dernière est elle aussi stratifiée et soumise à des logiques d’opposition (classes, genres en particulier). Notre réflexion s’étend dès lors à la pertinence même de la notion de « minorité ».

Région(s) du monde

Europe et Eurasie